Trop-plein !!

Quoi, déjà ???

Après avoir dû patienter des jours,voire de semaines, voilà qu'il nous inonde... Deux pages de suite !

Bon voilà ma réponse: C'est la pluie d'une part et, comme le titre l'indique, c'est aussi le trop-plein... Malgré mes doléances à propos du manque de temps et d'espace, j'ai tout de même bien rempli mes cartes-mémoires et les images se sont accumulées. Alors voilà !

Un choix un peu hétéroclite, c'est vrai, mais au printemps tout se précipite, et j'ai déjà de quoi remplir la prochaine page. Il y a du monde au portillon !

Retour de neige. Inattendu, mais qui nous surprend quasi chaque année. Il fallait en profiter, ça n'a pas duré.

Un coup de froid subit, et la neige. Chaque printemps - ou presque - ce genre de surprise-météo survient alors que notre optimisme saisonnier nous emmenait déjà vers les beaux jours. Cette année, la végétation n'était pas encore - ou très peu - développée, ce qui est une chance car, lorsque la neige mouillée et lourde tombe sur les branches feuillues, il y a de la casse. Mais attention, mai n'est pas encore là. A suivre !

Sous les flocons et dans la lumière grise du matin, les chevreuils étaient de sortie. Relativement confiants en leur camouflage - grosse erreur ! - ils supportaient la présence de ma voiture d'où la plupart des images ont été prises.

Bois encore en velours, pelage d'hiver, ils paraissent gras et lourds

Il a neigé toute la nuit. Je les retrouve, couchés et à moitié dissimulés dans les buissons et les ronciers dont ils apprécient les feuilles sèches

Tiens, ces deux-là, je ne les avais pas vus !!!

Une autre encore, qui sort du bois, inattendue.

Le lendemain. Un autre brocard - ? - ayant perdu son velours - les bois sont nus et tout frais !

Encore un fuyard, sorti de je ne sais où

Débandade générale sans que je comprenne pourquoi...

La neige fond rapidement quelques herbes fraîches apparaissent

Arrivé en lisière, ce brocard s'arrête prés d'un petit sapin

Il fraie... frottant ses bois sur le sapin qu'il massacre faisant gicler la neige

Voilà pour les chevreuils. Je ne les verrai plus que rarement, car les feuilles sont sorties. Les foyards ont débourré, offrant une manne intéressante. Plus besoin de sortir du bois.

Passons à autre chose.

Pas-d'âne. Le tussilage offre ses corolles d'or

Rapidement mûries, les graines vont se disséminer au gré des courants

Les Anémones sylvies - ou des bois - isolées ou en touffes denses

Et déjà, surgissant de l'étang aux eaux sombres, les Trèfles d'eau en épis blancs

La Gallinule poule-deau mâle, parcourant son fief

Les couples se sont formés, la construction peut commencer

Lui aussi proclame sa souveraineté sur un territoire, perché ou à terre, il s'égosille

A peine arrivées, les femelles de Gobemouches noirs se mettent au boulot. Il faut faire vite, la saison avance

On dit du Milan noir qu'il rentre d'Afrique avec des branches dans le bec tant il a besoin de nicher...

Et ce matin-là...

J'assiste, de loin, à l'accouplement. Une chance !

Et tout ça, à moins d'un kilomètre de chez moi.

Je vous le disais: Il y a de quoi faire !