Et ça y est enfin, comme promis !

Une spéciale Chamois. Je vous l'avais dit ! Mais très en retard, comme d'habitude. Je suis un peu dépassé actuellement.

C'est ainsi.

La vieillechèvre aux cornes droites suivie de son cabri, déjà bien grand !

Chamois donc. Je les avais un peu laissés de côté pendant la saison de reproduction des oiseaux... mais ce fut une joie de les retrouver. Hélas avec une constatation: peu de cabris cette année ! Chaque chèvre était suitée l'an dernier, mais il n'y a que environ 50% de réussite aujourd'hui. C'est le cas pour toutes les troupes observées - 6, plus ou moins suivies -

La cause ??? Année pourrie pour les jardiniers, le serait-elle aussi pour les chamois ? Ou alors... l'abattage - je ne trouve pas d'autre mot - de quasi tous les grands mâles reproducteurs la dernière saison de chasse ? Je ne suis pas le seul à y penser. Certains chasseurs m'ont confirmé cette constatation. Je ne m'y attarderai pas. A suivre....

Un éterlou et trois cabris suivent

Certains ont déjà de petites cornes, d'autres pas encore. Les différences sont parfois importantes.

Le p'tit dernier... encore tout moletonné. Jolie peluche !

J'adore ce moment ! Une chèvre - la grande aux cornes en V - sort en lisière, observe attentivement, puis, rassurée, s'engage et vient paître tranquillement.

Elles sortent, l'une après l'autre, suivies des éterles et des cabris

Toujours plus près - elle ne m'a pas encore détecté ! -

Le déclic l'a alertée, mon immobilité la rassure

La troupe ouest au complet !

Quand j'arrive, ils sont dans l'herbe haute, tout proches. L'approche a été lente, très lente, et réussie !

Intimité

C'est "cornes en V" très reconnaissable

Il y en a un peu partout, comme ce jeune mâle

Curieux !

Très curieux !!

L'état des mamelles indique qu'elle est suitée !

Et puis un jour... un jeune mâle bien cornu est sorti, solitaire. Enfin !

Quelques jours plus tard... un gros vieux bouc, isolé, mais non loin des trois chevreuils, paisibles

Et enfin... ce matin où...

Une chèvre isolée est sortie, nerveuse, attentive, marchant à pas saccadés. Elle s'est avancée, à suivi la lisière et s'est éloignée. Un cabri - le sien ! - est sorti à son tour, mais est redescendu dans la falaise.

Alors... la bête dont je rêve est sortie à son tour. Choc ! Il est là, tant attendu, immobile, prenant son temps pour observer. Lentement il s'avance à la suite des chamois... s'arrête, observe encore... et ça dure presque 30 minutes... de bonheur. Puis il descend, exactement sur les traces du cabri... Plus rien ! Mais c'est assez pour ce matin-là !

Magnifique - c'est, je l'ai appris, un mâle de quelque 11 ans ! -

Quel regard... le sien ! mais quelle joie, la mienne !