Mais quelle saison...

Heille oua !, on n'y peut rien ! Comme disait ma tante Hermine. Et c'est certainement mieux comme ça.

Bon passons, ça c'est dit ! Maintenant les choses sérieuses ! J'ai du retard dans mes publications, je sais ! Pourtant , ce n'est pas le photographe qui chôme, mais bien le rédacteur, un peu, -voire beaucoup - dépassé par les événements. Ce mois d'août a passé très vite.

Ouvrir la page avec une araignée... voilà qui va en faire fuir certain - ne !

Arachnophobie que ça s'appelle et c'est la peur irraisonnée des araignées. Pourtant, comme ce Pholque, espèce omniprésente dans les ménages bienvenu puisque dévoreuse d'autres araignées ! Cannibales... certainement pas, puisqu'elles ne mangent pas les individus de la même espèce.

Je l'aime bien - en tant qu'arachnophile ! - à cause de son élégance.

La Volucelle transparente aux ailes marquées d'ombres

Ce sont surtout les diptères qui ont retenu mon attention, puisque ces "mouches" sont espèces butineuses relativement aisées à photographier. Parmi elles, les syrphes, ces imitatrices de guêpes agressives, mais dépourvues d'aiguillon, elles aussi élégantes, tant en vol que posées.

 

Mais les insectes butineurs sont innombrables, avec les mouches, les abeilles de diverses espèces, les guêpes, bourdons, coléoptères... Où donner de l'objectif.

 

Voilà donc un choix restreint des ces multiples espèces mises en boîte.

 

Petite parenthèse: Un grand merci à Alain Ducommun, grand spécialiste qui me dépanne dans les déterminations.

 

Eristale des buissons

Syrphe à croissants en vol d'approche

Rencontre: Eristale des fleurs et Clairon des abeilles

Séladonia dorée, petite abeille sauvage aux yeux verts

Et parfois une surprise, comme ce mâle de fourmi rousse des forêts, ailé comme il se doit lors de la reproduction.

S'intéresse-t-il vraiment à cette corolle ?

Mais cette masse d'insectes est manne céleste pour les prédateurs. Je ne retiens que la superbe Argiope frelon - je ne m'en lasse pas ! -

Longue attente récompensée par la prise d'un insecte. L'emballage est hyper rapide - si rapide que l'appareil n'a pas suivi... par manque de lumière -

Le repas s'ensuit !

Tiens, j'allais oublier le charmant minois de la Dectique verrucivore, sauterelle soit-disant dévoreuse de verrues !

 

Et il y a les oiseaux bien sûr. Août-septembre... période de mue, donc de calme, de mutisme  et de quasi absence.

Des groupes de -Rougequeues noirs, de Pinsons des arbres, de grives... les rapaces, bien sûr, et aussi les premiers rassemblements d'hirondelles de passage ou en partance.

 

Ici, elles se retrouvent sur les fils de la ligne ferroviaire SMB, en longues lignées d'individus plus ou moins apparentés. Hirondelles rustiques surtout, mais aussi de fenêtre, un peu moins nombreuses.

 

 

 

Dans le sureau noir, les baies attirent les Rougequeues noirs et les fauvettes

Quelques arrêts pour se toiletter entre deux périodes de chasses

Postures surprenantes pour atteindre les moindres recoins

Etirements à deux

- T'as vu mes ailes... prêtes aux vols aux longs cours ?

Avant une page supplémentaire pour reparler de chamois... quelques images de chevreuils-surprises.

Une portée de trois... c'est rare.

Le chevrillard hésite, franchir la lisière.... ou revenir en arriète ?

Allez... retour !

Une chevrette et son faon en lisière... - c'était le lendemain -

Le faon est revenu sur ses pas, curieux. Merci