Comme d'habitude à la même époque !!!

Pie-grièche écorcheur, page spéciale.

Parce que je ne peux m'empêcher de suivre la reproduction de mon oiseau fétiche... et que je m'y suis remis cette année. Et c'est grâce à cette femelle extraordinaire qui m'a accepté depuis le premier jour. Elle m'a permis, sans aucun camouflage, parfois de ma voiture , parfois à pied... de fixer des comportements qui m'avaient jusqu'ici échappé ou que je n'avais observés que de très loin. Le mâle, plus circonspect, m'a fait attendre jusqu'aux premiers nourrissages. Enfin il s'est laissé approcher ou s'est approché lui-même. Il était temps.

Superbe femelle... et si familière !

Et le mâle, toujours prêt à s'alarmer et le manifester en remuant la queue nerveusement

Elle en a pris des bains de rosée et de pluie en chassant dans l'herbe, elle s'est mouillée...

Elle a passé des minutes et des minutes à se toiletter, à remettre son plumage en ordre...

A se contorsionner pour se faire belle

Et prendre cette posture dite "du téléphone"

Couple assidu, ils se sont retrouvés à deux pour apporter les becquées si attendues

Bien entendu, il était toujours nerveux. Mais quand il faut y aller, faut y aller !

Il accomplissait son devoir de père avec bonheur. Petits hannetons noirs, criquets...

Papillon de nuit... entier !

Alors qu'en mère attentive, elle arrachait les ailes peu nourrissantes

Ou bien alarmait en criant et s'agitant beaucoup - à cause d'une crécerelle de passage ! -

A peine sortis du nid, ils se hasardent maladroitement dans les branches. Pas facile de maintenir son équilibre !!!

Sans trop se montrer, ils attendent plus ou moins patiemment la venue d'un adulte nourricier

Sitôt qu'il voit un adulte, l'oisillon se met à mendier avec véhémence

Et il accueille sa mère avec énergie !

Parfois ils s'^y mettent à deux

La plus petite proie est la bienvenue

Les pauses sont fréquentes, les phases de sommeil régulières

Ailes et queue s'allongent, ce sont maintenant des ados prêts au vols plus conséquents, et bientôt aux migrations. Mais c'est une autre histoire !

La saison a été dure avec eux. Deux nids construits, deux pontes ébauchées... et la pluie, encore la pluie ! Il a fallu attendre, et c'est la troisième seulement qui a été menée à bien. J'ai longtemps cru qu'un seul jeune avait survécu, - toujours à couse de conditions météo - mais ils étaient bien trois à s'envoler. Comme d'habitude, ils sont restés aux alentours, passant d'un buisson à l'autre en vols maladroits. Evoluant rapidement, ils ont pu se regrouper, suivre les adultes et enfin s'éloigner et disparaître... Un gros merci pour toutes les images réalisées.