Chose due !

Avec quelques interruptions intempestives dues aux intempéries - ça commence bien ! - voilà la 3e page promise. Observations insolites, rencontres aléatoires ou recherches minutieuses, c'est le résultat de nombreuses heures passées à l'affût des Pies-grièches, des Gallinules et des Gobemouches... Il faut, de temps à autre, se pencher, voire se coucher à terre pour découvrir le monde ahurissant des fleurs et des insectes. On y va !

Résumé de ce qu'on a pu vivre ces derniers jours...

Et la pluie s'est abattue à verse. Des seilles et des seilles comme disait mon grand-père

Intempéries... le mot est faible pour décrire les orages démesurés, les pluies diluviennes, les coups de vent... On a presque tout vécu ce qui est possible au point de vue précipitations et les inondations, déferlements et coulées de boue ont ravagé nombres de secteurs. Pourtant et comme d'habitude, la nature a réagi et va encore réagir. Plantes et insectes se sont développés en nombre, sinon en fréquence. Les Hannetons noirs, par exemple. Coléoptères de taille moyenne, ils volent maladroitement entre les grandes herbes des talus, proies idéales pour les merles noirs et les pies-grièches qui s'en donnent à coeur-joie.

Le Hanneton noir est lourd, lent, maladroit. La quantité compense la qualité !

Parfois plus brun que noir... il a le vol improbable des coléoptères

Les élytres rigides s'entr'ouvrent pour permettre le déploiement des ailes

Quand on le touche, il se laisse tomber, s'accroche tant bien que mal à n'importe quel support et fait le mort !

Antennes typiques à trois divisions

Manne providentielle pour les oiseaux, ils sont aussi victimes d'autres insectes comme les mouches-rapaces hématophages agressives. Prédatrice efficace !

De quoi faire un repas copieux !!!

Pour rompre la série, une chevrette distraite passe, indifférente elle ne m'a pas vu et disparaît dans la haie...

Elégante dans la lumière du matin

Et il y a les fleurs ! Variété infinie, de toutes tailles, elles se prêtent aisément à la photo, mais les cadrages sont laborieux. Comment les magnifier ? De côté, de face, de dessous, en gros plans, en détails... le choix est énorme et les positions souvent inconfortables ! Cailloux imprévus, herbe détrempée, pentes inaccueillantes... Et les genoux écorchés, et les pieds qui glissent, le dos douloureux...une vie de bétail !

 

Parmi les plus faciles... le coquelicot, si beau, même mouillé

Bienvenue dans la forêt de Sauge des prés

Lumière du matin encore pour la Polygale commune si discrète

Finesse de la Véronique germandrée

Alors que je n'osais plus espérer... découverte de l'Ophrys abeille... j'adore

Inventer des fleurs comme les orchidées... fallait le faire !

Pénétrer dans le monde des fleurs, c'est aussi découvrir les liens qui les unissent aux insectes. Elles sont supports de leurs amours, elles les leurrent dans leurs transports amoureux, et les nourrissent de leurs sucs et pollens.

Détail de Platanthère... un ange passe !

Tiens, une visite !

Echange d'informations à propos d'un élevage de pucerons sur une Céphalanthère...

Les Mouche à damiers dissimulent leurs amours dans les graminées

De même que les tipules équilibristes

Merci à ce monde différent permettant des découvertes inattendues.

Il y a de quoi faire, encore et encore ! Quel programme !