Enfin un peu de pluie !

Après des variations saisonnières surprenantes, la sécheresse menaçait à cause de la bise incessante... rivière à l'étiage, fontaines prostatiques, sol durci et sous-bois prêts à s'enflammer... les premières gouttes sont tombées dans la nuit et ça promet pour aujourd'hui. Donc: rédaction et publication pour, je l'espère, votre plus grand plaisir. - et le mien, c'est certain ! -

C''est parti pur la recherche de sites potentiels pour les nids

La femelle du Rougequeue noir a déjà repris le site occupé l'an dernier, elle occupe le terrain que le mâle défend à grandes strophes. Arrêt observation sur la barrière voisine.

Et au boulot !!! la construction a débuté aussitôt

Le printemps, c'est l'arrivée des migrateurs et les démangeaisons saisonnières: chants, constructions, occupations des territoires... accouplements... ça bouge !

 

Ainsi pour les faucons crécerelles. Ils ont réoccupé le site de l'an dernier, visité le nid et s'accouplent sur le toit. C'est bon, très bon signe pour la suite.

 



Sur le faîte du toit, la femelle attend... elle s'envole bientôt pour se poser dans un arbre voisin.

Après un temps de pause, elle s'envole et retourne sur le toit

Le mâle la rejoint pour un accouplement relativement bref !

Bon, c'est fait ! Merci chérie, mais j'ai du boulot, moi !!!

Dans le bois voisin, un écureuil a tout vu ! Surpris et curieux... un voyeur !

Dans la Birse, les Cincles plongeurs sont en phase terminale de la nidifiction, les jeunes vont s'envoler - déjà, pour l'un d'eux, c'est fait ! -  le mâle - reconnaissable à la balafre qui lui barre le côté de la face - prend un bain et se toilette

Le rituel du bain est très stéréotypé et semblable chez toutes les espèces !

Un plaisir ! Comme les gamins à la piscine...

Et encore ...

Après le bain, c'est soins au plumage. Grattage...

Chaque plume a son importance...

Re-grattage...

Et suite... ça n'en finit pas.

Question: pourquoi un plongeur qui passe la grande partie de sa vie sous l'eau a-t-il besoin de se baigner ???

Lorsqu'il plonge, il est enfermé dans une bulle d'air qui maintient son plumage au sec ! Il doit donc maintenir l'imperméabilité de cette couverture de plumes en la graissant grâce à la sécrétion de sa glande uropygienne. Celle-ci est située en arrière du croupion et il sait en extirper la substance nécessaire et la répartir sur toute la surface.

 

Passons ! Et les fleurs ?

 

Pour le Tussilage pas-d'âne, il est temps de disséminer ses graines et il laisse le vent s'en occuper !

 

C'est étudié pour....

Les premières orchidées colorent les pâturages: Orchis bouffon !

Une touffe de minuscules renoncules - ??? - En fait, Potentille du printemps, Merci Alain D.

Discrète Véronique petit-chêne

Et Aster des Alpes... d'un jardin voisin !

Ah, j'oubliais... elles sont de retour, même si elles ne font pas forcément le printemps !