Canicule encore... sécheresse... orages violents....

La météo-yoyo semble vouloir jouer avec nos nerfs !

Voilà qui ne trouble pas le photographe opportuniste qui sait faire feu de tous bois ! Les oiseaux ont fini leur saison de nidification... les fleurs se font rares... Qu'à cela ne tienne, il faut se rabattre sur d'autres objets qui nous ont échappé à cause du temps passé à attendre, attendre et encore attendre dans un affût, auprès d'un nid ou d'un terrier. Et les opportunités ne manquent pas.

Ainsi, cette page, sous forme de pot-pourri, vous emmène vers d'autres sujets, d'autres images.Suivez-moi...

Elle s'est posée bien en vue ! Sympa !

Prise bien en bec...

Elle ouvre un large bec, mais ne laisse pas tomber sa proie

Un coup de langue pour faire passer

Et une autre... - rarement trois ! Après deux, elles repartent pour un temps. Il suffit d'attendre.

Ou alors un brin de toilette !

Au jardin toujours, mais celui du voisin. Ses pommes-de-terre sont victimes du Doryphore, et il doit lutter ! - Curieusement, il n'y en a aucun chez moi, à vingt mètres de là ! - La larve n'est pas très esthétique - déjà présentée sur la page précédente -  mais l'adulte est un fort joli coléoptère, agrémenté de rayures longitudinales fort seyantes.

Noir et jaune !!! Attention danger ! Effectivement, lorsqu'il est effrayé, il libère un liquide jaune orange à odeur très désagréable et certainement un rien toxique !

Expérience: je me suis frotté l'oeil après avoir manipulé un individu...

Faut pas ! ça brûle.

La feuille est attaquée à grands coups de mandibules. Une machine à ronger.

Beau... et efficace !

Et bien outillé !

Dans les jaunes et noirs... les guêpes sont les vedettes.

L'éternelle question de savoir si elles sont noires rayées de jaune.... ou jaunes rayées de noir, ne se pose plus, c'est comme pour les zèbres ! - ça c'est fait ! -

Les polistes gaulois ont retenu mon attention. Elégants et peu agressifs, ils sont modèles idéaux. En nombre sur les ombelles de la Berce du Jura, ils présentent des comportements intéressants, découverts au hasard des prises de vue. Peu sociables, voire individualistes, ils ne se tolèrent guère et les rapports de dominants à dominés sont fréquents. Le dominant repousse généralement les autres s'ils sont de plus petite taille. La mimique d'agressivité consiste à lever les pattes antérieures écartées et elle suffit à écarter l'intrus... normalement ! Cependant, lorsque deux individus de même taille se font face, la menace est insuffisante et l'empoignade, brève, se fait à prises de mandibules. Sans mal heureusement, rapidement l'un des deux cède et s'envole, vaincu.

Face à face. L'individu de gauche lève les pattes antérieures en digne de menace. L'autre semble résister

La tension monte ! Face à face agressif !

C'est parti pour une joute rapide ! - ça rappelle la lutte aux culottes, non ? -

En installant des sites de reproduction ad hoc, on peut les attirer au jardin, créant ainsi une autre opportunité-photo.

Après les Osmies déjà présentées, voilà les Halictes, autres guêpes butineuses. Plutôt pacifiques et très actives. Elles profitent de la floraison d'un Chardon faux-acanthe, géant de plus de 2 mètres.

Donc photos à hauteur d'homme, un luxe.

Comme l'abeille, elle dispose de paniers sur les pattes postérieures pour y accumuler le pollen.

Elles se tolèrent, la manne est riche et les paniers pleins.

En montagne, en attendant les chamois dont on ne sait jamais à quelle heure ils vont daigner sortir, je shoote quelques criquets jugés dignes d'intérêt. Pour l'esthétique... ou pour la rareté ! L'un n'empêche pas l'autre. Une sauterelle aux longues antennes - qui la différencie des criquets qui portent court - se cache dans les hautes herbes. en attendant que le soleil chauffe !

Criquet bariolé, la Miramelle alpine !

Sauterelle en tenue de camouflage, la Decticelle chagrinée

Et enfin ils sont là ! Une belle harde d'une vingtaine d'individus,dont 8 cabris, donc 8 chèvres suitées ! Subitement alertés, ils fuient en rangs serrés, derrière une femelle, vraisemblablement responsable de la nursery !

Les autres chèvres, plus stoïques, s'attardent pour un pipi tranquille avant de descendre lentement vers la forêt.

Fin de matinée !

Comptez huit !

Pause-pipi ! A deux !

Un grand merci à Alain Ducommun pour la détermination des abeilles et guêpes... et autres butineurs !