Sous-page "chamois", comme promis !

Des photos de chamois, encore ! Il exagère !

Je sais... mais comment résister ? Cette faiblesse de carctère - ? - me permet de découvrir de nouveaux comportements ou de nouvelles approches. Je ne me lasse pas ! Ainsi....

En arrivant, je ne découvre, comme tous ces derniers temps depuis que le paysan à couvert le pré de lisier, aucun chamois. Rien, sinon un renard en train de muloter, qui me découvre et s'enfuit aussitôt. Je poursuis donc en contournant le pré et revient par la lisière sud, à l'ombre ! Surprise: cinq chèvres sont sorties pendant mon périple et broutent, en toute sérénité. L'approche est difficile à cause des brindilles sèches qui craquent sous le pas. Lentement, très lentement, je réussis ! Mais il m'aura fallu plus de vingt minutes ! L'adrénaline bout !

Quelques images banales... mais la lumière est bonne. Tout à coup, alerte ! D'autres sortent et rejoignent le groupe, maintenant composé de six femelles, deux éterles et un jeune mâle. Encore quelques shoots !

Et la bonne surprise arrive enfin: six cabris bien groupés arrivent en courant. Hélas, la chaleur fait vibrer l'air au-dessus du pré en floute mes images ! C'est ça, la photo !

Deux des chèvres présentes… alertées par la venue de congénères...

Les jeunes sont arrivés, mais floutés par la chaleur - mauvaise image ! -

Patience encore... et récompense. Une vieille chèvre aux tétines gonflées s'approche un peu et est rejointe par son cabri qui sollicite la tétée. Elle refuse d'abord, puis s'immobilise et laisse faire. Je mitraille sans susciter de réaction ! Le bonheur !

Approche...

Première tentative...

C'est raté !

Le nouvel angle d'attaque a payé !

La mère reste attentive et prudente

C'est fini, elle en a marre !

Il a beau s'accrocher...

Alerte ! je suis repéré ? Pourquoi ?

Fuite immédiate !

Autre matin, autre surprise ! Les femelles sont déjà en train de paître quand j'arrive. Après une approche comme je les aime, je me pose et attend, dans l'espoir de voir sortir les cabris... En vain. Elles s'éloignent lentement et rejoignent l'orée sud du pré.

C'est alors que certaines se mettent à brouter les feuilles d'un arbre - aubépine - en étirant le cou, puis en se dressant sur les pattes postérieures. Un spectacle relativement rare !

Voilà qui change de l'herbe !

Comme ça, en s'appuyant sur un tronc !

ou dans le branches basses…

Et en variant les positions… C'est si simple !