Printemps... des hauts et des bas !

Après des chaleurs anormales pour mars, voilà avril avec le retour de manivelle ! Neige subite et pluie induisant une grisaille très... grise !!! Triste ! La neurasthénie est à la porte, un pied sur le seuil, comme un témoin de Jéhova ! Mais je résiste selon mes habitudes, donc je photographie en recherchant les beautés cachées de ces jours tristounets. Couleurs des soirées quand une lumière passagère magnifie nos montagnes ou fleurs avancées contrariées par la neige.

La neige, la brume et un pâle soleil, ambiance !

Alors qu'au-dessus, c'est le soleil !

Sans s'éloigner du jardin: muscari sur neige

Tulipe avancée... et contrariée

Ou celle-ci !

Heureusement, il y a le Cincle plongeur ! Lui, il est parfaitement insensible à tous retours de froid ou de neige ! Il a chanté tout l'hiver et s'est accouplé dès février. Ils ont alors construit à l'endroit habituel, derrière un rideau d'eau, à l'abri de la chute. Pour y accéder, ils plongent - d'où leur nom ! -

Quelques taches de neige subsistent en arrière-plan et ils nourrissent déjà ! Petites becquées au début et longues pauses au nid pour réchauffer la couvée, ils s'y sont mis à deux. Rapidement les réclamations forcent les parents à augmenter la charge et les becs sont pleins à chaque retour au nid. Plus de pauses, plus de temps morts, il faut y aller !

Toilette rapide en sortant du nid... avant de repartir en chasse - pêche ! -

Retour avec becquée

Temps d'observation du haut de la chute et neige en arrière-plan

Au pas de charge...

Ils ont des postes d'arrêt réguliers, pour contrôler les environs... et surtout ce gros "machin" camouflé en tas sur la rive opposée

Une proie est piquée dans la mousse

Et secouée violemment

Tremper la becquée pour la maintenir mouillée... en fermant les yeux pour entrer dans l'eau

Et rapidement ressortie

L'attente n'est jamais trop longue pour les affûts, mais ils sont pénibles à cause du froid ! Une heure, voir plus, au bord de l'eau, les bottes plongées dans l'eau glacée, et la bise mordante, tortionnaire sans pitié. Mais la lumière est parfois superbe et les activités et comportements si variés et intéressant que ça passe sans trop de mal. Je n'insisterai pas sur les rhumatismes consécutifs...

Parfois, pour changer un peu, les Bergeronnettes des ruisseaux, en couple, passent et s'arrêtent un temps. Le mâle s'est même astreint à une parade démonstrative, plastron noir mis en valeur... sans succès mais pour mon plus grand bonheur.

Ballerina gialla ! la danseuse jaune - mâle à plastron noir et moustaches en contraste -

- Vous avez vu comme c'est beau ??? Paradeur matcho

Un temps d'arrêt pour s'étirer un peu... les ailes d'abord

Puis les pattes... en faisant bien attention à ne pas lever les deux en même temps ! Sinon...

Prise d'élan avant la plongée - qui reste à photographier ! -

Le volume d'eau a bien augmenté et tout le haut de la chute est couvert

Et ce n'est que le début !

J'y retourne, c'est à ne pas louper ! A bientôt pour la suite.