Retour à la base ! - et sans poissons d'avril, promis ! -

Après une pause indienne -il y en a 5 pages tout de même... - il est temps de marquer la rentrée et de se remettre aux normes. Tout de même, ne l'oublions pas, mars offre chaque année son lot de nouveautés. C'est encore l'hiver et déjà le printemps menace ! Transition très marquée chez nous parce que le Jura plissé nous offre un Droit où le soleil réveille la nature précocement alors que l'Envers stagne encore dans l'hiver et la neige. De plus, l'irrégularité de la météo a été particulièrement flagrante en nous faisant passer d'une poussée de fleurs vernales à des chutes de neiges hivernales ! Et si rapidement que les matins étaient faits de surprises gelées, mouillées ou foehniques – donc presque chaudes – ( Je pense que foehnique est un néologisme ! Ndlr )

Cette page sera donc un patchwork d'images quasi-anachroniques, alternant neige et soleil, pluie et gels matinaux. Cramponnez-vous !

Enfin il se décide et se pose !

Le charnier hivernal a été prolongé cette année, surtout parce que je voulais absolument obtenir des images de Milan royal !!! Ils ont hiverné chez nous, comme il le font de plus en plus souvent. J'osais donc espérer les avoir à ma disposition sur un charnier bien achalandé. Les insuccès m'ont forcé à changer d'endroit parce qu'un autre me paraissait plus attirant que le premier, ou que le deuxième, voire le troisième... jusqu'au jour où ils sont venus ! Et à deux en même temps... quelle le satisfaction ! Comme le décor n'était pas fameux, j'ai amélioré... et ils ne sont jamais revenus ! La poisse ? Une erreur ? Allez savoir...

Le second, à son tour...

Et à deux !

Il a vu, il survole... et s'éloigne, me laissant navré !

Cependant, le spectacle est assuré par les Buses variables et les Corneilles innombrables, succédant aux Geais culottés. Je prendrai peut-être prochainement la peine de vous raconter les approches hésitantes et circonspectes des Corneilles qui m'ont tant amusé lors des longues heures d'affût, - surgelé dans la voiture ou dans la tente-abri... - Folie de photographe passionné ! -

Une buse s'est posée et mange, une autre arrive et la déloge ! C'est un mâle superbe, un tiers plus petit, mais plus agressif.

Il reste seul maître

Et mange !

Dès qu'il s'en va, la Corneille attaque...

Rarement seule... et les tiraillements à l'intérieur du groupe sont bien réels !

Quelques jours de beau et de douceur ont suffi pour que réapparaissent les migrateurs. A la mangeoire, grande surprise avec le passage de Pinsons du Nord en plumage nuptial, l'arrivée précoce d'une Fauvette à tête noire aux comportements bizarres> : n'a-t-elle – ou il, car c'est un mâle à calotte noire – pas investi les filets de graines mêlées de graisse ? Elle s'est même laissé portraiturer devant des perce-neige à peine attardées !!! Même le Bruant jaune tout d'or paré s'aventure à la mangeoire !

Beau... et fier de l'être ! Pinson du Nord, mâle en redingote nuptiale

Anachronisme ! Fauvette à tête noire, mâle, devant les perce-neige...

Et comme une mésange banale !!!

Goldammer... bruant d'or pour les alémaniques !

Chez les mammifères... les vieux brocards ont dénudé leurs bois alors que les plus jeunes sont encore en velours. Les chamois sortent de plus en plus souvent. Le renard chasse de jour pour nourrir les femelles terrées qui ont peut-être déjà mis bas ??? Les pies construisent, les grenouilles ont pondu, alors que les crapauds sont en pleine effervescence ! D'où les partouzes fort animées que l'on peut découvrir au bord des étangs.

C'est le printemps, faut y aller !

Course folle dans la neige inattendue !

Deux jeunots matinaux, brocard prometteur et chevrette portant des cicatrices énormes. Qui a fait ça ???

Petite rixe entre amies...

En chasse dans le givre matinal

Clic ! Entendu, vu... dont départ immédiat !

Elle aussi à entendu le déclic et en lâche sa branche, surprise !

Amours crapaudines... vilains crapauds, va !