Les mammifères indiens

Tous sont proies potentielles pour le tigre.

Les cervidés tout d'abord, avec les Sambars unicolores. Ils vivent en groupes formés de femelles et de leurs jeunes sous la direction d'un mâle dominant. Sombres et de taille imposantes, ils n'ont pas la prestance de notre élaphe à cause, surtout, de bois moins fournis. Très « aquatiques », ils ne s'éloignent guère des étangs et des cours d'eau.

Un jeune mâle... une belle proie pouvant atteindre, à l'âge adulte quelque 300 kg !

La femelle, toutes oreilles dehors !

Les cerfs axis ou chitals sont plus petits. Mouchetés comme des daims dont ils ont la taille, ils vivent en grandes troupes formées de mâles et de leurs femelles, regroupés sans trop d'interférences, pour des raisons de sécurité. Les bois des mâles sont remarquables, par leur taille et leur finesse. On peut observer tous les stades de croissance : des moignons en velours aux bois matures, en passant par les pelades à divers stades, indépendamment de la saison. Il n'y a, apparemment, pas de périodes de perte et de repousse, comme c'est le cas chez nous. Ils sont de loin les les plus nombreux et on les rencontre partout.

Le mâle, adulte aux bois en velours

Maternité: une femelle faisant des papouilles à son faon.

- Ohhhh... Bambi !!!

Début de repousse !

Déchirure du velours, la pelade commence...

Frayer, c'est à dire frotter ses bois pour se débarrasser du velours. Apparemment ça le démange !

C'est bientôt fini, il pourra arborer fièrement sa ramure et partir à la conquête de ses biches...

 

On peut rencontrer la Gazelle indienne, fort rare, et le Muntjack.. Ils sont tous deux plutôt des proies pour le léopard, présent mais rarement observé à cause de sa discrétion. Les loups indiens et les dholes – chiens sauvages – sont rarissimes.

Petite antilope forestière, le Muntjack est plutôt solitaire et discret. Au hasard d'un passage en lisière de forêt, une femelle nous a offert quelques instants et quelques images. Un autre groupe a vu et photographié le mâle aux cornes bizarres et poilues. La chance !

Taillé en coin pour mieux pénétrer dans la végétation dense du sous-bois !

Elle nous adresse son plus beau sourire !

Les sangliers sont fréquents, en groupes parfois importants – plus de trente observés – Dotés d'une crête hirsute, ils paraissent plus fins que nos sus scofa européens. Comme ils ne sont pas chassés, ils ont des comportements diurnes.

Mâle et jeune

Sympathique ! Quoi que...

Remarquable par sa grande taille et sa silhouette massive, le Gaur est le bison indien. Sons énorme masse noire en impose, à quoi s'ajoutent une bosse caractéristique et des cornes redoutables. Il s'apparente à l'Ure européen disparu, présentant la même « chevelure frontale »  gris roussâtre. Particularité : il porte des « chaussettes » blanches d'un effet singulier ! Ce bovidé vit en forêt, en troupeaux familiers d'une dizaine de têtes. Les veaux sont brun roux à la naissance. Disparus de Bandhavgarh, ils y ont été réintroduits et se sont parfaitement acclimatés. Le mufle d'un mâle, son regard et ses cornes créent une surprise particulière, lorsqu'on le découvre, tout proche au bord de la piste, alors qu'on ne l'avait pas encore vu... Impressionnant !

Mâle, femelle et jeune - génisse ou génisson ? -

Une vache à la silhouette particulière ! Et les chaussettes, un chic fou ! ou un effet boeuf ?

Le veau nouveau-né, encore brun !

Quelle masse ! Pas moins de 900 kg ! Redoutable, mais placide !

Il rumine ! Ou bien nous adresse-t-il une sorte de sourire ???

Ouais... allons-nous-en !

Peu après être entrés dans la réserve, nous découvrons un couple de chacals dorés trottinant dans une steppe jaune et grillée. Mâle à peine plus grand, suivi de la femelle plus fine et élégante. Apparemment ils se dirigent vers la mare située en bordure. Nous anticipons et nous garons non loin, profitant d'un bout de piste favorable. Ils s'approchent, s'arrêtent, observent, prudents et attentifs. Le mâle se décide, descend vers l'eau et se met à boire. La femlle le rejoint. Image du plus bel effet ! Leurs langues roses lapent à petits coups. Bientôt il s'en va, elle reste et boit encore, nous offrant son reflet dans l'eau noire. Magnifique ! L'après-midi s'annonce bien !

Chien coyote, loup ? C'est un canidé, c'est sûr !

Il serait l'ancêtre de toutes nos races de chiens ! Pourquoi pas.

La sous-page suivante pour vous présenter les singes et l'éléphant. Plus de place ici, ils sont trop gros !