Allez comprendre....

Les sujets photographiques ne manquent pas, voire sont pléthoriques, et je suis en retard dans la création de mes pages de blog...

Serait-ce dû au Covid 19 - ou la covid ??? - qui m'oblige à rester dans mon coin de pays et à limiter mes activités ? Le temps gagné, à cause de lui, qui oblige à photographier en solitaire ? Ou plus simplement parce que j'ai tant à faire, avec le beau temps qui perdure, le jardin qui exige un entretien régulier, les oiseaux qui nichent, les insectes qui se multiplient... que je néglige la rédaction ! Je vous présente mes plus plates excuses, c'est tout ce que je peux faire.

Une belle femelle de Lézard des murailles, ventre étalé pour prendre le soleil. La queue tronquée dénonce la présence des chats !

Commençons au jardin où les lézards hantent la rocaille. Ceux "des murailles" sont nombreux partout, mais je remarque que presque tous sont amputés de la queue... séquelles de rencontres avec les chats, nombreux - trop ! - dans le quartier. Quant aux "agiles", j'ai le bonheur d'en compter trois couples. Mâles verts superbes et femelles plus ternes. La surprise, c'est de photographier un joli mâle... et de découvrir qu'il est accompagné de deux femelles. C'est nouveau.

Mâle et femelle au bain de soleil

Et l'arrivée d'une seconde femelle... ménage à trois

C'est aussi le temps des libellules. Les éclosions vont bon train et l'étang est riche en agrions de diverses espèces, et déjà, d'Anax empereurs, le Cordulies bronzées, de Libellules à quatre taches ou déprimées.

Superbe Agrion minium ou Petite nymphe au corps de feu.

Portrait d'une Libellule à quatre taches au repos sur la luzerne

Surprise - encore une ! - en tentant de photographier les tritons qui viennent respirer en surface... - ça va vite et c'est assez aléatoire ! - je découvre qu'un Triton alpestre a capturé un agrion - vraisemblablement Agrion jouvencelle - et l'avale avec peine. Une première !

Pas banal !

Les Rougequeues noirs ont repris le site des années passées et le mâle chantent régulièrement sur le toit ou chasse dans le gazon. C'est un mâle âgé en toute grande forme, noir de charbon - les italiens l'appellent Spazzacamino ! -

Superbe ! Un peu de gris sur la tête, des manchettes blanches et la queue rousse. En habit de noce....

Il descend dans le gazon pour y capturer une araignée

Qu'il tue en donnant des coups de tête latéraux

Et va la manger dans un buisson voisin

Surprise toujours ! Et toujours pire... le lendemain, il a neigé sur les hauts. Et sur le toit de l'un des chalets de Raimeux, je vois un Rougequeue noir,mâle... dans la neige. Il chante et parcourt son territoire, comme normalement. Impressionnant !

Givre épais... et pourtant

Un peu frileux tout de même, il gonfle son plumage, ce qui ne nuit pas à son ramage !

Que dire de plus ?

Sinon, en vrac: les hérons adultes et jeunes fraîchement indépendants chassent les campagnols dans les premières éteules. La Fauvette à tête noire nourrit dans un buisson épais et réagit à la présence d'une Pie-grièche écorcheur jugée menaçante. Et chez les Pics noirs, les jeunes montrent leurs becs lorsque les adultes viennent nourrir. A noter que les nourrissages sont très espacés, soit environ 45 minutes, voire plus. D'où le mise à rude épreuve des nerfs et des fesses du photographe très très patient !!!

Marche solennelle pour observer et détecter le moindre mouvement. Quelle allure !

C'est fait !

Mâle au bec plein, un rien énervé !

Le mâle s'est arrêté non loin et observe

Il marque un temps d'arrêt devant la loge

Et enfourne des paquets de fourmis dans les becs suppliants

Des becs parfois agressifs, on grandit vite, là-dedans !

A suivre, une page spéciale Pie-grièche écorcheur, c'est promis.