Enfin... la pluie est annoncée !

26 octobre 18

Je suis dans un doute profond ! Ont-ils raison, ces météorologues dont les prévisions sont restées si longtemps au beau fixe !!! Vont-ils enfin nous déverser cette eau dont nous – les humains, bien sûr, - mais surtout la nature assoiffée, avons tant besoin. Le sol bétonné par la sécheresse arrivera-t-il à absorber suffisamment et refaire les réserves de la nappe phréatique ? Il en faudra ! Et on l'attend.

 Pourtant j'ai pris du retard dans mes écritures à cause de ce beau temps persistant. Chaque matin offre une palette de levers de soleil chaque fois différents, on ne s'en lasse pas. Il suffit de se lever... tôt.

 

Avant... il fait encore nuit.

De Raimeux... superbe panorama.

Lentement, la lumière gagne du terrain

Le soleil, enfin !

Les brouillards sont toujours changeants, comme les lumières qu'ils révèlent. Les feuillages de l'été « indien » jurassien ont été éphémères, mais d'une richesse incroyable. C'est la sécheresse qui a tué les feuilles, et non le gel. Elles ont donc rapidement abandonné et se sont laissé tomber. Il fallait profiter !

Ciel, nuages et brouillards rivalisent en nuances de gris plus ou moins teintés

Je ne résiste pas, je vous en mets encore ... deux !

Ces Alpes bernoises... classiques, mais superbes !

Matin indien sur fond de Weissenstein

Palette incroyable entre les fougères et les hêtres

Hêtraie et brouillard

Et la charrière qui en permet l'accès

Les champignons ont été, à part quelques poussées de bolets, fort rares, voire absents ! Petites récoltes.

Mucidule visqueuse... au lever du soleil !

Sous un autre angle, mais avec la même lumière

Un inconnu sur fond de rosée

Les oiseaux sont dispersés. Pas de concentrations sur des spots riches en baies... il y en a partout. Pas de migration très marquée, parce que les conditions météo ont permis de voyager rapidement en altitude. Merci la bise ! Certains se manifestent par des chants d'automne, comme les Rougequeues noirs et les Rougegorges. Les troupes de mésanges diverses se déplacent beaucoup et leurs cris sont omniprésents. Les épicéas riches en pives ne vont pas tarder à laisser tomber leurs graines, fort bienvenues, parce que la sécheresse n'a pas permis le développement des faînes. Les hêtres étaient pourtant prometteurs, comme les noisetiers dont les coques étaient le plus souvent stériles. Mauvaise année pour les graines... et pour les granivores. A suivre attentivement si la neige est précoce.

 

Mésange noire en vadrouille

Plein d'allant, le Rougegorge chante en sourdine

Au jardin, la récolte a été plus que bonne ! Fruits, salades, légumes divers... de tout, et en quantité.

Composition !

Les pommes sont superbes, elles ont fait le bonheur des pressoirs, mais aussi des guêpes et frelons. Ceux-ci ne sont pas agressifs.. dit-on ! Mais celui qui se trouvait dans une pomme à demi pourrie ne m'a pas raté alors que je nettoyais...Quelques bourdons butinent les dernières hélianthes Bombus humilis ou pascuorum ??? Même le spécialiste hésite ! Alors moi... je photographie.

Jonathan... hmmm !

Pacifique... depuis peu, je doute ! Chat échaudé...

Mais je les aime bien !

Ce mystérieux bourdon !