Echecs !

Eh oui, il faut savoir en parler. Justement, ce matin, à la radio – en petit-déjeunant – une entrepreneur – neuse ? - parlait des bienfaits des échecs qui permettent les prochaines réussites ! J'ai pensé que ça pourrait aussi s'adapter à la photo. Alors... à propos de mes dernières images : allons-y !

Chevreuil d'abord. A 400m environ, j'en vois deux qui se déplacent tranquillement sur un plateau de Raimeux. Le vent est bon, je tente... Approche par le sud, en lisière de forêt, lente et aussi silencieuse que possible. Par dessus les fougères, je vois un dos brun... ils sont là, à brouter paisiblement. Approche encore, lente, lente... et télé prêt sur trépied... il est dans la pastille, je shoote ! Et plusieurs fois, avant qu'il ne réagisse et s'enfuie.

Bof !

Résultat : je n'ai pas remarqué qu'il était dans l'ombre et que le soleil inondait le fond... raté ! Deux jours plus tard, affût sous un buisson. Attente fort longue et bise désagréable. Une chevrette et son faon se coulent dans l'herbe haute et s'approchent. Hélas derrière un buisson inopportun ! Je me lève, elle me voit et ils filent en sautant vers la lisière... Mauvaise image, Zut !

Pas fameux ! Raté

Je tente de me consoler en photographiant des épipactis, c'est plus calme ! La lumière est tristounette et les fleurs déjà un peu fanées. Zut encore. Je persévère en cherchant des lumières... et résultats : à vous de juger !

Pas fameux ! Et pas beau !

Essai ! encore

De plus près et détails d'un fleuron !

Avec une meilleure lumière... Et c'est une toute petite orchidée de chez nous... alors les cultivars qu'on voit partout... bof !

Autres essais : une tige de Sceau de Salomon officinal ! Un mufle de vache couvert de mouches ! Et une moissonneuse-batteuse géante au travail, le soir non loin de chez moi. - ça console ! même si ce n'est pas habituel  pour moi... une machine !!!

No comment !

Je m'amuse !

Un monstre au travail dans une poussière d'enfer !

ça change un peu, non ?

oursuivons dans les échecs ! Depuis mi-mai, le Gobemouche gris me titille. Il est bien présent à un endroit où je le retrouve, années après années, mais impossible de savoir où il niche. Je suppose qu'il est très haut dans les grands frênes ! Donc je renonce !

Fin juillet : il est là, bec plein et effectue des va-et-vient incessants. Le nid ! Et avec des oisillons ! Il suffit alors de persévérer dans l'observation. Et rapidement je trouve ! Eurêka !!! Le nid est accroché dans les tiges de lierre qui enlacent un grand frêne, mais à cinq mètres de hauteur seulement. Tout baigne !

Erreur ! Il est hors de la lumière solaire – généreuse pour celui qui doit attendre... - et à n'importe quelle heure apparemment. J'insiste. Essais divers. Heureusement, les adultes ne sont pas du tout peureux et poursuivent leurs travaux de nourrissages malgré ma présence. Résultats décevants, lorsque je rentre et visionne les images. Bon ! Demain je ferai mieux.

Un peu loin,lumière plate et peu agréable...

Un peu mieux... mais pas encore satisfaisant.

Si les comportements sont intéressants, la lumière me déçoit !

 

J'ai préparé un miroir qui me permettra d'éclairer les actions et m'offrira une lumière plus agréable...

Que nenni !!! Le résultat est très désagréable à cause des ombres fort peu naturelles ! C'est vrai qu'il est rare que le soleil éclaire D'EN BAS !!! Zut toujours !

 

Eclairage irrégulier, ombres malséantes... pas bon !

La femelle prélève une fiente à la sortie... Bonne ménagère, elle tient son nid propre ! Putzfrau ! Mais avec les mêmes défauts !

Pas bon !

Hier soir enfin, je décide de monter dans les z'isos et jusqu'à 3'200 ! Et c'est bon !

J'aurais dû y penser avant ! Mais les vieilles habitudes reviennent vite et quant on a appris à travailler avec des films diapositives... à 64, puis 200 ISO au maximum...

Encore un prélèvement... Mais la lumière, sans être merveilleuse, est suffisante.

Avec un petit coup de soleil... et un petit coup de fatigue...

Et pour finir... un petit roupillon ! C'est le gros coup de barre !

Dorénavant, j'aurai confiance en ce nouveau matériel... Décidément, la photo, c'est de plus en plus facile !