Retard... encore !

Et le pire... sans excuse aucune ! Sinon peut-être un surcroît de travail - ! - à cause du jardin et de son hyper-développement cette année ! Tout pousse, tout fleurit, tout fruite - ça se dit ??? - et murît en très peu de temps. Salades, concombres, pommes de terre, haricots, laitues... à devenir végane ! Sans compter les fruits et tomates... et la mauvaise herbe donc !!! Tous s'unissent contre moi, pauvre Calimero. De plus il faut arroser à cause de la sécheresse et de la canicule... Une vie de bétail ! J'vous dis...

Et la photo alors ?

Tout d'abord je dois donner des nouvelles de mes gobemouches gris. La nichée s'est harmonieusement développée, les jeunes se sont enhardis et ont choisi une branche voisine pour se percher, le nid étant devenu trop étroit.



Deux plus délurés se sont perchés au-dessus du nid.

Gymnastique pour renforcer les ailes...

Derniers nourrissages du soir - il m'a fallu du temps pour constater que le soleil éclairait le nid pendant un tout petit quart d'heure... juste avant de se coucher

Le dernier resté près du nid... il paraît plus gros que ses parents !

C'est parfait... il s'envole !

L'un après l'autre, il se sont maladroitement envolés, sauf le petit dernier – ou le moins hardi ? - resté encore un jour au-dessus du nid. Les adultes avaient fort à faire pour les retrouver et les nourrir. Mais les cris aigus et continus leur permettent une localisation précise. Et ça n'arrête pas.

Gymnastique et soins au plumage occupent la majeure partie de leurs pauses, en attendant le prochain nourrissage, c'est à dire la reprise des appels de mendicité. De quoi faire des images, merci.



Un support solide ! Il attend la visite en mendiant

Etirements ou stretching - comme on dit actuellement ! -

Et rebelote !

Dans un champ voisin, un héron au long bec emmanché d'un long cou... - comme le dit La Fontaine - chasse le campagnol -bien qu'il n'attrape souvent que des lombrics ! - Son cou se détend comme une flèche et s'enfonce parfois dans la terre si profond qu'il a quelque peine à le retirer – c'est du moins l'idée qu'il en donne ! -

Et vlan ! Le bec est décoché et s'enfonce dans la terre. Il doit le retirer... même en cas de bredouille !

Et re-vlan ! Avec perte d'équilibre et battements d'ailes....

Son bec maculé de sang indique bien qu'il a eu quelques succès !

Retour en montagne – ça me manquait ! - parce que, les vacances étant finies, les touristes seront moins nombreux !!! Donc moins dérangeants – propos de vieux solitaire désireux de le rester -

Dans le pâturage, quelques chardons ont échappé aux agriculteurs, dont le Cirse laineux qui est un de mes favoris ! Belle tête, belles épines, c'est le roi des chardons ! - avis personnel -

Encore en boutons

Il fleurit bientôt, magnifique !

Qui dit chardons dit chardonneret ! Le lien est facile ! Mais l'approche l'est moins, d'autant que la floraison a été très riche et que les oiseaux sont quasi inapprochables. Ils n'ont que l'embarras du choix. Heureusement, je connais un pâturage peu soigné – j'aime ! - où les plants sont nombreux et j'insiste...

Perché sur une fleur bien mûre, prête à laisser s'envoler ses graines, ils piquent et dégustent en faisant craquer les grains minuscules de leurs becs puissants. Un léger courant d'air emporte les parachutes au loin. La survie de l'espèce est ainsi garantie.

Merci Eole !

Il y a de quoi...

Les chamois, longtemps absents des pâturages, à cause de leurs cabris qu'ils maintiennent à l'abri des rochers et de la forêt, ont repris leurs sorties. Un jeune mâle, presque toujours seul, superbe ! Il promet, comme on dit, et ce sera un beau reproducteur ! - Si il passe la saison de chasse ! -

Et les femelles, seules d'abord, sont bientôt rejointes par leurs cabris pleins d'énergie ! A peine sortis de la lisière, ils cabriolent – mais oui ! - et sautent en tous sens. Puis ils se calment et se mettent à brouter, sans jamais s'éloigner du groupe. Parfois ils tentent une tétée que la femelle évite fréquemment. Fatigue !

Paisibles !

De toutes petites cornes encore !

Tentative infructueuse ! Elle ne s'arrêtera pas.

Celle-ci- sans cabri ? - s'est attardée et broute en s'approchant... si près qu'elle remplit le viseur ! Moments de grâce !