De tout un peu

Si août et septembre marquent, chez les oiseaux, le calme et la discrétion dus à la mue automnale, il n'en est pas de même chez les chevreuils puisque c'est la pleine saison des amours. Les femelles n'étant réceptives que quelques jours, les brocards excités se voient obligés de les poursuivre sans relâche afin d'être là au bon moment. Ils les suivent donc dans tous leurs déplacements, surtout lorsqu'elles s'enfuient... L'activité est à son comble et c'est le bon moment, pour le photographe, de s'y intéresser.



Prestance et force, ce brocard aux bois bien développé en impose par sa taille.

La chevrette est encore suitée, l'un de ses faons de l'année l'accompagne encore, s'il n'a pas été chassé par le brocard

Zut ! j'ai été vu ! Elle "aboie" et alarme... Ne pas bouger, attendre

Bientôt le brocard réapparaît, le nez dans des arômes délicieux...

Contrôle...

Elle est là !

Approche prudente...

Raté, elle fuit !

C'est qu'il faut suivre, pas facile !

Bon, on reprend...

Le gamin n'y comprend rien....

Mais il fait comme papa et maman...

Les chamois sont de sortie matinale. Quelques femelles sortent et se mettent à brouter après un temps d'inspection. Elles ont réagi aux premiers clics, puis se sont habituées et paissent, tranquilles.

Des cabris et quelques éterles apparaissent à leur tour et courent retrouver leurs mères et, pour certains, téter. Leurs grands coups de tête dans les mamelles pour déclencher la lactation soulèvent l'arrière-train des chèvres. C'est rude ! Lorsqu'elles en ont marre, elles s'en vont brusquement, quitte à bousculer le cabri ! Il se lève et rejoint les autres, pour paître ou pour se mettre à cabrioler, se livrer à des poursuites folles et déclencher dans tout le troupeau des sauts désordonnés. Tout le monde d'y met !

Ce matin-là, seul un bouc solitaire est sorti

Tranquille, il se met à paître.

Le lendemain, c'est une chèvre, très proche, très très proche !

Et une autre, alertée

Un cabri arrive, rejoint sa mère

Violence de la tétée ! Les coups de boutoir soulèvent l'arrière-train de la mère...

C'est trop, ça suffit !

Allez, les copains, on danse !

Tout le monde s'y met !

Pour le photographe.... que du bonheur !