Sous page Chamois ! encore....

Décidément, me direz-vous, y en a marre de ses chamois ! Je vous répondrai: - Non, ce ne sont pas les miens ! Na...

Et personnellement, je n'en ai jamais marre ! Ce sont les grands mammifères de ma région, à part quelques cerfs que je n'ai encore pas vus... De plus, ils sont sympa, pas trop farouches et, si on a la patience d'attendre, nous livrent de beaux moments de comportements divers.

Après le temps d'attente rituel, elle s'avance lentement

Ma série d'aujourd'hui comprend deux thèmes différents. Le premier "Découvertes dans le brouillard" et le second " C'est le rut !"

Deux thèmes de saison !

Un cabri l'a rejointe, elle réagit aux premiers clics

J'apprécie particulièrement ces matins de grisailles, lorsque le jour se lève et qu'ils sortent de la forêt. Une vieille chèvre ouvre la marche, s'immobilise un long temps pour observer. C'est l'instant crucial où tout mouvement dénonce ma présence... lorsqu'elle se décide, elle avance et se met à brouter. Suivent alors d'autres chèvres, éterles et cabris. Dès lors, je peux déclencher prudemment, les premiers clics faisant se lever les têtes curieuses. Attendre... et re-clic... réaction... re-clic... et c'est bon, ils ne réagiront plus à ce bruit devenu familier et jugé non dangereux.

Un cabri s'approche... innocent !

Le soleil pâlot modifie les teintes, les réchauffe ! Ils sont tout près.

Parfois, les nuances de brouillard les font disparaître totalement, puis renaître en grisés plus attrayants, avec d'infinies variantes. Puis le soleil sort vainqueur et révèle d'autres nuances, mais cette fois, ils sont en contrejour... Difficile de juger des réactions de l'appareil, il faut jongler avec les diaphragmes et les vitesses sans pouvoir se fier aux automatismes. Je m'amuse !

Un bruit dans les feuilles mortes...

Deux cabris dans la lumière matinale...et l'herbe mouillée

Le brouillard s'est levé, les couleurs sont dures... l'appareil peine...

Eterle et cabri, ils réagissent à une alerte... cherchant à comprendre...

Pour réapparaître bientôt, sortant prudemment de la forêt

Plus curieux qu'effrayé...

ça chatouille... ou ça gratouille ?

La deuxième série se passe à Chasseral où, après un lever de soleil un peu foireux, je descends dans la combe. Ils sont là. Une petite troupe de femelles suitées... que les gros boucs visitent irrégulièrement.

La harde attentive... un bouc s'approche. Il est repéré de loin...

Ce matin-là, deux mâles imposants semblent "travailler" en duo. Ils apparaissent et disparaissent dans les pentes abruptes, réagissent à l'arrivée d'un autre mâle, solitaire celui-là qui tourne autour de la harde. Les langues noires tirées, le poil de la crête dorsale hérissé, ils urinent et s'ébrouent pour s'imprégner d'odeurs "délicieuses"... Leurs flancs mouillés luisent.

Je les shoote aux passages lors de leurs déplacements et tente quelques images lorsqu'ils descendent en forêt.

Il s'est approché, intéressé, mais les chèvres ne sont guère réceptives...

Une approche trop brutale... et c'est la fuite!

Tiens, il s'intéresse à moi ??? Son attention sera vite retournée vers les odeurs qui circulent... et qu'hélas nous ne pouvons percevoir.

En quête, toujours...

Là, il s'énerve un peu...

Flaire, cherche, analyse..

Il retourne bientôt en forêt

Il s'arrête un temps... je ne le suivrai pas dans la pente trop raide pour mon âge... je n'ai que deux pattes !