Colchiques dans les prés....

Eh oui, fin de l'été, brutale et surprenante. Après une série de chaleurs estivales la pluie et le froid ont sévi. D'un seul coup, sans prévenir.

Eh oui, fin de l'été, brutale et surprenante. Après une série de chaleurs estivales la pluie et le froid ont sévi. D'un seul coup, sans prévenir. On attendait la pluie depuis longtemps, elle est arrivée et c'est tant mieux - ça laisse un peu de répit pour liquider les affaires en retard et le tri des images qui se sont accumulées - pour la nature assoiffée et les sols asséchés. La forêt, déjà teintée d'automne avant l'heure, aura enfin étanché sa soif.

Les brumes enchantent les levers de soleil.

Nuages et brumes voilent un pâle soleil

Rien à dire...

es hêtres surchargés laissent tomber leurs faînes pour le plus grand bonheur des pinsons et des écureuils.

Justement, les écureuils... Un bref affût à un point d'eau, pour voir quelles espèces le visitent, je suis surpris pas l'arrivée d'un juvénile, ado déjà, mais sans aigrettes sur les oreilles. IL descend rapidement d'un grand cerisier mourant, vient boire quelques gorgées, puis s'empare de quelques faînes qu'il emporte dans le feuillage... Juste le temps de quelques images.



Curieux, prudent... mais très attiré

Les faînes, innombrables et tentantes

Un régal, il ne se prive pas

Petit grattage.... et départ !

J'y reviens le lendemain. Après un long temps d'attente, vide de toute activité, deux Pinsons des arbres viennent s'abreuver. Subitement, deux écureuils arrivent en se poursuivant. Ils vont jouer à "cours-moi- après-que-je-t'attrape" durant plusieurs minutes, hors de portée ou trop rapides. Puis ils s'arrêtent un temps au pied d'un pin. Clic et clic... c'est dans la boîte.

Un peu de mue encore, le plumage hivernal est moins tape-à-l'oeil que le nuptial ! Normal !

Enfin un temps d'arrêt, ou presque

Et la pose... pour la photo !

Un autre - ou le même ? - reviendra brièvement, juste ce qu'il faut pour prendre des poses d'écureuil...

Voilà, la queue comme ça.... c'est bien !

Ouais... c'est parfait, merci !

Dans les haies, les baies font ployer les branches... troëne, viorne, cornouillers sanguins et mâles... l'offre est pléthorique. Et les migrateurs ne s'y trompent pas, il y a de quoi faire des réserves de graisse pour le voyage. Innombrables Pouillots véloces, Fauvettes à tête noire et Rougequeues noirs.

 

Teintes superbes, baies en quantité... Alors, heureuse ?

Une belle pour la route...

C'est fait !

Les pouillots s'intéressent plutôt aux mini-insectes et araignées et, comme il se doit, ils inspectent le feuillage. D'où leur nom savant: Phylloscopus - qui inspectent les feuilles -

Attentif...

Et si petit !

Juste en passant, un Robert-le-diable s'est posé, ailes semi-ouvertes puis fermées pour montrer la tache qui lui vaut son nom actuel de C-blanc !

Ce sera tout pour cette fois !

Découpage des ailes si particulier à l'espèce

Et la carte de visite !