Mélange de saison

Dans ma dernière page, j'annonçais un joyeux pot-pourri d'images... et vous n'avez vu que des chevreuils et des chamois... Décidément, je me suis laissé aller ! Donc "De tout un peu" reste d'actualité et voilà la suite, en vous prévenant qu'il me faudra encore une page pour finir ce melting-pot estival.

Bien avant le lever du soleil...d'où le grain !

Mes journées de retraité-photographe commencent avant le lever du soleil pour être sur place aux meilleures heures. Je suis du matin, parce que c'est le début et que le soir me paraît une fin. Le spectacle chaque fois renouvelé des Alpes bernoises dans la fenêtre jurassienne me force à déclencher encore et encore ! Et les panoramas révèlent les lumières.

Comme chaque matin, la Gallinule poule-d'eau vient se poster pour un toilettage minutieux

Au bord d'un étang où je sais que la Gallinule poule-d'eau réside, discrète et quasi invisible dans les roseaux, j'ai préparé un affût. Au début, elles étaient quatre jeunes de l'année, il n'en reste qu'une qui a gagné le droit de régner. Elle se poste volontiers sur un vieux tronc pour se livrer à de minutieux soins au plumage. Ce toilettage peut durer 20 à 30 minutes si elle n'est pas dérangée. J'en profite. Ses pattes vertes - son nom latin est chloropus, pied vert ! -semblent disproportionnées lorsqu'elle les lève pour se gratter.

Comme ceux du Jacana africain, ses longs doigts lui permettent de marcher sur les feuilles de nénuphars

Apparemment, ils ne sont pas trop encombrants

Le tronc où elle se pose est surplombé d'un saule donc quelques branches sèches pendent au-dessus de l'eau. C'est là que, visiteur surprise, le Martin-pêcheur vient se poser, soit pour des parties de pêche, soit pour se reposer ou observer son domaine - il n'y tolère aucun congénère - C'est parfois le mâle au bec marqué de rouge à la mandibule inférieure, ou la femelle au bec noir. Souvent ils viennent à deux. Un jeunet aventureux vient parfois mais ne résiste pas longtemps aux attaques du maître des lieux.

( Version corrigée ! ) Le mêle s'est posé, il observe

Soins au plumage, indispensable avant et après la plongée de pêche

Il a plongé... pour une simple Nèpe ou guêpe d'eau. Menu fretin...

Madame a pris une larve de Triton, vraisemblablement palmé !

Elle l'a frappée - plus par réflexe que par nécessité - contre la branche pour la ramollir et l'avale prestement

Oups, c'est fait !

La fontaine de Raimeux n'est guère fréquentée, pour des raisons que je cherche à trouver. De temps à autre un Roitelet, un Rougegorge ou un Bouvreuil - trop près... - qui me permet un portrait.

Sans commentaire

Mais c'est au jardin que je me régale, à cause de la présence de quatre Argiopes frelons qu'on appelait aussi Epeire fasciée. Cette grosse araignée porte une livrée particulière, faite de rayures noires et jaunes qui lui a valu son nom, par comparaison à la guêpe ou au frelon. Trois d'entre elles tissent leurs toiles en un alignement entre la lavande et les Eupatoires chanvrines, au bord de l'étang. Ce couloir mène les insectes à leurs pièges où ils s'engluent. Diptères, abeilles et papillons s'y prennent ainsi que des agrions aventureux. Il se passe toujours quelque chose, c'est comme aux Galeries Lafayette !!!

Ischnure élégant... captif. Il se débat, déclenchant ainsi la réaction agressive de l'araignée

Elle passe à l'attaque, fait tourner la proie entre ses pattes tout en l'emballant de soies qu'elle sécrète et applique avec une autre paire de pattes

La manoeuvre est bien rôdée et l'agrion vite encoconné

Elle l'a mordu, injectant des sucs digestifs dans le corps de sa victime. Elle y reviendra bientôt pour le festin !

C'est parti ! A table...

Elle l'a ramené au centre de la toile où elle déguste...

Cependant tout n'est pas toujours rose, même pour les meilleurs prédateurs ! Ainsi j'ai pu observer une Guêpe commune se poser sur la toile sans s'y faire prendre et découper un cocon pour voler une proie - abeille mellifère - et aller la déguster à l'abri d'une feuille. Pirate !!!

Apparemment, elle s'y entend et ce n'est pas son coup d'essai !

Et repas bien mérité à l'abri !

Mais l'argiope n'en a cure, elle sait que bientôt une autre victime se fera prendre et elle lui préparera un cocon. Elle a suffisamment de réserve de soie !

Au boulot !

P.S. - Avec toutes mes plus plates excuses pour l'erreur quant au sexe des Martins-pêcheurs !

C'est corrigé, mais bon...