Rattrapage...

Sapristi, faut s'y mettre... voilà ce que je me répète chaque jour - ou presque - et j'oublie. La météo... toujours la météo, trop belle pour s'asseoir au bureau et allumer l'ordi ! Et quand il pleut, il faut s'occuper du jardin... alors...

 

Encore... mais elle a l'air si gentille, si paisible... alors que la chasse est ouverte depuis l e 10 !

Encore une image de Chamois, juste pour marquer l'ouverture de la chasse. Et une autre pour signaler aux agriculteurs: - Saviez-vous qu'ils mangeaient les chardons ??? Je croyais qu'il n'y avait que les ânes ! C'est faux et en voilà la preuve.

Donc utiles !!!

Suffit pour ce qui est du gros gibier, voyons plus près ! Migration d'abord avec un passage de Bondrées apivores - rappelons que ce rapace, sorte de buse, se nourrit des couvains de Guêpes. - Avis à tous ceux qui craignent ces insectes piqueurs pourtant si utiles dans la nature.

Tête plus fine que chez la Buse variable, queue rarement étalée, taches foncées aux coudes et queue barrée très particulière. On distingue même l'oeil jaune !

 Au jardin, les tournesols en graines attirent de nombreux passereaux, mésanges, chardonnerets et verdiers particulièrement.

Et elle sait s'y prendre

Chez les butineurs, c'est la fête, l'automne est riche en fleurs offrant pollen et nectar, ce sont les dernières, il faut en profiter. Une Zygène de la filipendule - titre de noblesse s'il en est ! - exploite une knautie. Image difficile: Les zones sombres sont vraiment sombres et contrastent avec les lumineuses étamines... La cellule s'emmêle les pinceaux et s'affole.

Ici, le soleil s'est caché un instant. Merci, le contraste est devenu supportable

Là, il est revenu... et ça craint ! Mais elle pompe, peu farouche

C'est au abords de l'étang que les offres sont innombrables. Les Aeschnes bleues dominent le territoire. Un mâle à la fois, très territorial. Mais une Grande aeschne femelle s'est arrangée pour s'approcher discrètement et pond en surface.

C'est lui, le patron !

Fond sur fond... discrètement

Les araignées sont fréquentes elles-aussi, 4 Argiopes tissent et re-tissent leurs toiles aux mêmes endroits, mais c'est une Epeire porte-croix qui m'intéresse maintenant, puis une Epeire réticulée, nouvelle pour moi. Elle tisse une toile typique d'orbitèle - grosse spirale de 30 cm de diamètre - Je la découvre un matin, alors que le brouillard a révélé les toiles en les couvrant de gouttelettes. Puis le lendemain, j'ai la surprise de voir, sur une même toile, le mâle et la femelle ensembles !!! Préludes à l'accouplement ? Pour l'instant ils ne se sont pas encore touchés... les reverrai-je ?

Epeire porte-croix ou diadème, apparemment elle a eu des problèmes en réalisant la spirale centrale... Aurait-elle abusé de stupéfiants ?

Mais elle se débrouille parfaitement. Pauvre criquet !

Encore une scène particulière. Une abeille est tombée dans l'étang et se débat, tentant de gagner un endroit d'où elle pourra s'envoler. Mais en vain car une Notonecte glauque -qui mérite bien son nom - s'approche et la saisit. Elle attaque par dessous la surface, la pique et injecte ses sucs digestifs tuant la malheureuse. Un Gerris se joint au festin, par le dessus.



Elle s'efforce, les cercles d'ondes témoignent de son énergie

Notonecte ou guêpe d'eau, elle s'approche à grands coups de rames, accrochée à la tension superficielle de l'eau

Trop tard !

Et le Gerris vient participer... invité surprise !

Quels spectacles... je ne me lasse pas !