Chose promise... Voilà donc la page dédiée à la Mésange à longue queue en exclusivité. Ou plutôt à un couple particulier et à la réalisation de son nid.

Tout a commencé par l'observation d'un individu particulièrement agité, agressif et désireux de paraître ! Un m'as-tu-vu de première !!! Donc un mâle territorial. Bonne obs ! puisque ça signifie qu'il est en train de se réserver un territoire, qu'il a déjà peut-être une femelle - que je découvrirai bientôt, plus discrète, comme il se doit ! - et qu'ils s'établiront certainement dans le secteur. Il suffit d'observer... et de revenir les jours suivants jusqu'à ce que...

Le chant est ténu, les roulements et fins sifflements ne portent pas loin.

Le lendemain, je découvre qu'ils sont déjà en train de construire et transportent des matériaux. Après un temps d'observation je découvre aisément l'ébauche du nid qui se trouve, par chance rare, à bonne hauteur, accroché au tronc d'un vieux frêne envahi de lierre. La base est établie et ils apportent continuellement mousse, lichen, plumes, herbes sèches et brindilles. Je peux m'installer relativement confortablement, sauf que j'ai les pieds dans l'eau puisque le nid se trouve sur la rive... Heureusement le ruisseau est en étiage et l'eau ne menace pas mes chaussettes.

La base du nid est bien accrochée aux tiges de lierre, et très "couleur locale "

La pose des matériaux et leur disposition se fait depuis l'intérieur

Apport de lichens pour l'extérieur

Et de toiles d''araignée pour lier les éléments

Ligatures, collages, du grand art !

 

Le jour suivant

, le nid a bien avancé, les constructeurs sont à l'oeuvre, sans relâche ils apportent et fixent les divers matériaux, ne bénéficiant que de courtes pauses pendant lesquelles on peut les voir se nourrir dans les saules voisins ou les jeunes feuilles des buissons environnants. Infatigables. Ils en sont à la moitié de leur ouvrage. Précisons que le nid est une merveille: boule magnifiquement discrète, dont seule une ouverture dans le haut en permet l'accès. Certainement l'un des plus beaux et des plus élaborés chez les passereaux de chez nous.

 

Ils s'installent dans la coupe pour façonner les bords

Et ils y disparaissent presque...

Encore un peu de mousse

Ils sont si assidus
Ils sont tellement affairés qu'ils se bousculent au portillon

- J'arrive quand tu pars....

Les jours se suivent... et je persiste. Ils en sont aux trois quarts... le travail va bon train et le nid prend forme. Ils y disparaissent presque, on ne voit parfois que la queue, encombrante, qui dépasse.

 

Presque terminé. Ils s'y introduisent avec difficulté. Trou d'entrée-sortie côté sud...

Pour entrer, il faut un peu forcer....

Le nid est terminé. Je les observe, de loin, qui viennent de temps à autres, pour fignoler l'intérieur, mais à intervalles irréguliers qui rendent la photo un peu lassante. Je n'insiste donc pas et me résigne à attendre. Lorsqu'elles auront fini de pondre puis couver, je reviendrai pour observer et shooter les nourrissages et si j'ai de la chance, j'assisterai à la sortie des quelques dix oisillons... Mais ça, c'est l'avenir et on verra bien si...

A suivre....

 

Le vieux nid de moineau est accroché dans une fourche, non loin du nid, Ils le remarquent rapidement et viennent se servir

Comme prévu !

Examen... observation ...

Tiens, une petite araignée... en-cas à ne pas négliger

Et la surprise... des plumes noires ! C'est nouveau et imprévu

Un détail, une observation supplémentaire: elles savent parfaitement se servir de leur patte pour fixer la plume est la décortiquer... ça, je ne savais pas !