Le printemps déconne !!! Ou bien est-ce l'hiver ?

En cette époque fort bizarre, les saisons perdent la raison ! Ainsi cet hiver... qui nous octroie des températures hors du commun. 15 à 20 degrés... voire un peu plus. Et le lendemain, gel et neige !!! Rien ne va plus, on n'a jamais vu ça ! Quoi que...

Ainsi, il y a quelque 40 ans, nous avons mangé sur la terrasse pendant une semaine en février avec une température fort agréable !

La preuve que notre mémoire nous joue des tours et enregistre mieux les choses normales ! Ainsi janvier et février sont-ils obligatoirement considérés comme des mois d'hiver, point !

C'est faux, il y a des fois où...

Notre cerveau est peu statisticien et ne mémorise que ce qui lui semble juste.

Alors, avant de l'affoler, restons prudents et patientons... Ainsi, cette même année 1966 - je ne suis pas très sûr... -, nous avons skié à Grandval à Pâques !

Décomposition de la lumière par des nuages élevés.

Je ne résiste pas à la beauté des phénomènes particuliers offerts par la météo. La parhélie, par exemple - j'en ai déjà p

Je ne résiste pas à la beauté des phénomènes particuliers offerts par la météo. La parhélie, par exemple - j'en ai déjà parlé, je sais, mais j'aime -

Les mélanges de teintes et de lumières nous conduisent aux plantes, tant les approches photographiques peuvent être variées. Les angles à exploiter dépendent des différentes luminosités, des arrière-plans, de la morphologie... le domaine est vaste.

 

 

De saison, la perce-neige sur bokeh de gouttes lumineuses

Au jardin, l'Hellébore oriental

Autre plante de saison, le Tussilage pas-d'âne

Hellébore encore, mais fétide !

J'oubliais le contrejour !!! Chatons - femelles - de noisetier

Et en macro ou proxiphoto: détails de gynécée et androcée d'un Hellébore cultivé

Et les rencontres-surprises alors ? Comme de papillon inattendu en février, le Citron qui se réchauffe aux rayons pénétrant dans le sous-bois.

Comme s'il avait choisi le fond chaud des feuilles mortes pour mieux se révéler !

Une troupe de chevreuils pâture sereinement dans le pâturage en pente. Ils n'ont pas réagi à mon arrivée - en voiture ! - Ils s'approchent et entrent dans le sous-bois, s'approchent encore. Le brocard dominant - le père ? - porte une belle couronne en velours. Un autre, plus jeune, n'a que des pointes recouvertes peu marquées. Les autres sont des chevrettes d'âges différents. IL sont huit !

Le mâle, isolé, s'approche tant qu'il remplit le viseur ! Puis s'en va, tranquille. Je n'insiste pas.

Tranquilles !

Ils s'approchent lentement

Le maître !

Rassuré, il poursuit son chemin

Et s'en va...

Nouvelle rencontre avec un groupe de Roitelets huppés relativement peu farouches. Portraits, et envol. Je n'avais jamais remarqué le dessin de la face supérieure des ailes ! Essayez, clignez les yeux... on voit apparaître une espèce de visage... Yeux de rapace ???

Un peu excité, mais pas trop

Est-ce pour effrayer un éventuel prédateur ? Des ocelles comme chez les papillons ???

Un Troglodyte mignon chante, quasi invisible dans un tas de branches sèches..

Il sort enfin, très énervé. Un autre chante non loin !

Et c'est la démonstration de force ! Ailes étalées pour rouler les mécaniques ! Chant tonitruant !
- Je suis chez moi !

Impressionnant ! Et pourtant si petit !