Première page de l'année !

C'est reparti pour un tour ! Les voeux... ça c'est fait. Les décisions... ça c'est pris. Les bonnes résolutions... très théoriques ! On verra.

Mais la nature se moque éperdument des dates, jours, mois ou années... et peut-être des siècles, des ères ???

Vu d'ici, c'est un peu loin. Revenons au présent et au futur immédiat.

Givre matinal sur des mousses - Polytric commun -

L'hiver se fait attendre, la neige surtout. A part quelques rares velléités, rien de sérieux. Le froid oui, sans exagération, mais de beaux gels matinaux qui font craquer les feuilles mortes sous les pas et nuisent aux approches silencieuses. J'aime pas !

L'avantage de nos montagnes, c'est que le brouillard en est absent, seulement perceptible en regardant vers le sud... le Plateau semble s'y complaire ! Pauvres gens d'en-dessous !

En haut, les lumières matinales sont superbes, les levers du soleil on ne peut plus colorés, même si quelques nuages passagers s'y attardent pour agrémenter un peu le décor.

Bien avant le lever du soleil, ça s'annonce bien !

Nuages sombres, Alpes, brouillard se déversant et premières ondulations jurassiennes... Par couches !

Et parfois, tout se mélange !

Avec le sol nu et l'abondance de campagnols, les chasses vulpines se poursuivent, tant pour les goupils que pour le photographe. J'en vois chaque matin, souvent trois ou plus ! - ça ne m'étais encore jamais arrivé et j'en profite. -

Voilà une attitude de renard... comme on le dessinait "dans le temps", rusé et fourbe ! Quelle connerie !

Alors qu'il est plutôt sympa !

Et si beau...

Et si utile !

Les chamois sortent régulièrement et paissent en toute quiétude, dans des lumières intéressantes ou avec des comportements de rut tardif.

Parfois, quelques chevreuils s'attardent dans la lumière matinale, mais disparaissent rapidement.

Approche... mais toutes les femelles ont été fécondées, elles se refusent !

D'où quelques poursuites intéressantes - pour le photographe ! -

Et ça va très vite... et c'est bref !

Attardés sur une dernière tache de neige, brocard et chevrette. Notez la petite queue de la femelle, absente chez le mâle, chez qui les bois commencent à se développer - déjà ! -

Juste pour le questionnaire, pour vérifier si vous avez bien lu !!!

On va passer... par dessus ? ou par dessous ?

Ladies first ! Politesse oblige

A mon tour... par dessous, ça demande moins d'effort !

Rien de transcendant à la mangeoire non plus. Mésanges diverses, moineaux, verdiers et pinsons, avec parfois un rougegorge ou un troglodyte, toujours solitaires et circonspects. Rien d'autre. Les pics ne viennent pas, la forêt leur offrant suffisamment de bois morts. En revanche, pas ou peu de grives. La saison de fruits ayant été nulle, il n'y a rien à se mettre sous le bec et elles sont parties sous des cieux plus cléments. Quelques merles noirs rôdent s'attardant parfois sur les baies d'alkékenge !

Au gui l'an neuf... pour la mésange bleue

Et merle curieux !

Ouais... début janvier... il faudra encore chauffer ces prochains mois !